Skip to main content

Voici une variante de la Sauterelle que j’apprécie, car elle travaille bien l’ensemble du dos et crée une belle ouverture de la cage thoracique, zone de Anahata, le cœur…

salabhasana variante 1Couché sur le ventre, front contre le sol.

Entrelacer les doigts dans le dos. Les bras restent tendus. Rapprocher les coudes, les omoplates. Tirer les épaules en arrière.

Si cela est possible, joindre les paumes l’une contre l’autre.

Sur une inspiration, soulever la tête, la poitrine, en tirant les bras vers l’arrière. Décoller les bras des fessiers.

En même temps, décoller les jambes tendues, fessiers contractés.

Rapprocher les jambes l’une de l’autre amplifie le travail postural. Les écarter le simplifie…

Michèle Lefèvre Granclément

Le Yoga m'accompagne au quotidien depuis longtemps et je le transmets depuis 1991. La méditation et la pratique des différents aspects du Yoga Intégral, les rencontres sur le chemin, et l'étude des textes sacrés / philosophiques, sont mes sources d’inspiration. L'amour de la Nature et l'approche holistique de la santé, depuis l'enfance, m'ont conduite à mettre en pratique conjointement les sagesses de l'Ayurveda et du Yoga, puis à étudier leurs synergies. La Joie et l'évidence de la transmission de ces voies sœurs découlent de cette expérience de Vie.

2 Commentaires

  • Sibylle dit :

    Bonjour.
    J’aime aussi cette variante de la Sauterelle, que je trouve moins « violente » que l’autre où les bras/mains pressent le sol pour provoquer l’élévation des jambes. C’est sans doute subjectif et cela dépend de la structure osseuse et articulaire ainsi que de l’état du bas du dos, des articulations sacro-iliaques et même des épaules. C’est vrai que la variante présentée ici mobilise l’ensemble du dos (merci de mettre le doigt sur la différence)— ce que je trouve agréable, équilibré— alors que l’autre est plus exigeante, je trouve, pour le bas du dos et la zone sacro-iliaque. Sans compter un petit détail ennuyeux : dans l’autre version, je sens une pression au bas de l’abdomen, là où mes bras passent. En effet, comme je ne peux pas monter très haut, mon poids reste en partie posé là. Et puis il y a dans la version illustrée ici cette ouverture thoracique que vous soulignez et que, comme vous, j’apprécie.
    Merci
    Sibylle

  • Michele dit :

    Merci Sibylle,
    Je pense que beaucoup se reconnaîtront dans ton commentaire.

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.